widet-icon
GUCE-GIE,
Parce qu'on n'arrête pas le progrès...
widet-icon
Assistance/ Hotline
(+237) 233 43 77 54
26 juin 2022

SEMINAIRE : les formalités d’exportation de cacao-café.

Selon le bilan de la campagne cacaoyère 20202021 produit par l’Office Nationale du
Cacao et du Café (ONCC), la production nationale commercialisée par le Cameroun était
de 292,471 millions de Kg de cacao, contre 251,151 millions de Kg lors de la campagne de
20192020. Soit une hausse de 35,319 millions de tonnes.

Le bilan de la campagne caféière 20202021 quant à lui a été marquée par une chute
drastique de la production nationale commercialisée ; celleci se résumant ainsi qu’il suit :

11 754 tonnes de robusta contre 23 239 tonnes lors de la campagne précédente ;

412 tonnes d’arabica contre 1 425 tonnes lors de la campagne précédente.

Soit au total 12 156 tonnes contre 24691 tonnes au cours de la campagne 20192020.

Sachant que 304 797 tonnes de cacao ont été déclarées en achat par les exportateurs,
dont 62 343 tonnes destinées aux sociétés industrielles de transformation et 246 647
tonnes à l’exportation et, que seulement 1014 tonnes de café ont été transformés par les
torréfacteurs recens dans les bassins de production du Cameroun, favorisant ainsi les
exportations.

L’exportation du cacao et du café obéit au respect des procédures définies par des textes
sousrégionaux et nationaux aboutissant au rapatriement des recettes d’exportation tel
que prescrit par le règlement n°2/18/CEMAC/UMAC/CM portant réglementation des
changes dans la CEMAC. De manière spécifique, le cacao et le café sont soumis entre
autres au traitement phytosanitaire et font l’objet des contrôles et vérifications de
l’ONCC, de la Société Générale de Surveillance et de la Direction Générale des Douanes
(DGD), qui interagissent avec la plateforme électronique eGUCE à partir de leurs
systèmes d’information respectifs à l’instar de CAMCIS pour la DGD. Ces interactions
permettent, dans un souci de simplification des procédures et de facilitation des
échanges, aux exportateurs de soumettre leurs demandes et d’obtenir les documents
électroniques y relatifs à partir d’un formulaire unique (eFORCE) conformément à la
recommandation 33 UNCEFACT.

Le formulaire unique des opérations du commerce extérieur met en exergue l’anticipation
des procédures avec en toile de fond la réduction des coûts et délais de passage des
marchandises. Sachant l’impact produit par ces mesures d’anticipation, il est opportun de
sensibiliser et de vulgariser cet outil et les mesures de simplification mis à la disposition
des exportateurs. C’est ainsi que le GUCE a entrepris d’organiser ce séminaire sur les
formalités d’exportation du cacao et du café en collaboration des acteurs de la chaîne
logistique.

Les procédures d’exportation du cacao et du café comprennent les formalités préalables,
de pré dédouanement, de prise en charge, de dédouanement, d’embarquement et de post
embarquement. Ces procédures sont exécutées suivant les textes qui les prescrivent tels
que la règlementation des changes, le programme sectoriel de sécurisation des
exportations et les textes y relatifs. Ce séminaire permettra de sensibiliser toutes les
parties prenantes sur les modalités de mise en œuvre pratiques de ces textes et les
mesures d’anticipation à travers les outils électroniques

Objectifs spécifiques

a) GUCE
De manière spécifique, il s’agira pour le GUCE de présenter les principes, avantages,
apports du formulaire unique dans la chaine logistique internationale et précisément les
interactions des différentes parties dans les procédures de d’exportation du cacao et du
café.

b) L’ONCC

Le partenaire aura pour mission d’édifier et sensibiliser les participants sur les formalités
effectuées à l’ONCC notamment, les préalables à l’exportation du cacao et/ou de café
ainsi que les procédures de déclaration de vente, contrôle qualité, pré liquidation,
certificat d’origine et les textes y relatifs.

c) Le poste de police phytosanitaire du port de Douala (PPP)

Le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural à travers le PPP du port de Douala
pourra évoquer les contours du certificat phytosanitaire et les différents livrables
intermédiaires y relatifs.

d) La DGD

Aura pour mission de rappeler aux parties prenantes les formalités douanières notamment
les modalités de soumission de la déclaration en détails ainsi que les formalités
d’embarquement.

 

Post Tags :

Laisser un commentaire